https://www.ouest-france.fr/bretagne/le-vieux-bourg-22800/le-vieux-bourg-casse-noisettes-accueille-le-cri-des-bois-samedi-5819121

Source: Externe

 

Le Vieux-Bourg. Casse-Noisettes accueille le Cri des bois, samedi

 

Plus habitués aux squats des centres-villes qu’aux pique-niques champêtres, six groupes vont jouer lors de ce festival punk ouvert au grand public.

Inauguré en juin 2017, baptisé lors d’un premier festival, le Son des bois, en septembre de la même année, le site de Casse-Noisettes, près de Troubardoux, a continué d’être amélioré au fil des chantiers participatifs, menés par l’équipe d’Art Fest Drev.

Le gros œuvre est terminé : barrières de sécurité, stabilisation de couloir à l’arrière des cuisines et du bar, loges et local pour les instruments, câblage électrique du site entier, etc.

À quelques jours du premier Cri des bois, les finitions s’accélèrent : nouveau mobilier avec des matériaux de récupération, réfection des anciens éléments, installation d’une sculpture monumentale à l’entrée du site (un personnage arbre taillé à la tronçonneuse), accrochage d’attrape-rêves, etc.

Au-delà des a priori

Le Cri des bois se présente comme « un festival punk qui se veut ouvert au grand public. » Une écoute sur le site sondesbois.canalblog.com confirme sans problème la présentation qui en est faite. Les organisateurs sont bien décidés à aller à l’encontre de nombreux a priori.

« Le punk, c’est du bruit » : The Décline ! et Central Massif sauront montrer qu’il peut s’agir d’une musique subtile et écrite.

« Le punk est désengagé » : il suffit d’écouter les textes de Svahn, ex-membre du groupe Pigalle, pour comprendre que le punk se préoccupe aussi de la société dans laquelle il vit.

« Le punk, c’est de la colère brute et permanente » : sur fond de pop-rock chansons françaises, les Tigres du Bengalow, Bêtablock ou Bonheurs inutiles attesteront que l’esprit punk peut être également du côté du rire, souvent grinçant.

Deux concours

Pour ce festival, l’équipe d’Art Fest Drev a également lancé deux concours. « Sans nous prévenir, le graphiste Zebio Hoffman a caché quatre têtes de morts dans le décor de l’affiche ». Il fallait trouver l’emplacement pour avoir deux places gratuites.

« Et les auteurs des trois plus belles photos prises sur le site, samedi, gagneront chacun deux entrées pour le festival le Son des bois », qui connaîtra déjà sa deuxième édition, en septembre.

Samedi 16 juin, à partir de 19 h. Tarif 10 €. Buvette et restauration.